OHAYO CAFE BLISS

OHAYO CAFE BLISS

Gomasio et Furikake, l’art de cuisiner japonais en toute simplicité

On a tendance à se faire une image de la cuisine japonaise comme extrêmement compliquée et sophistiquée. Elle l’est, par certains aspects. Mais il ne s’agit pas là d’une caractéristique de la cuisine japonaise mais plutôt de la cuisine en générale. Mais ce qu’il y a de merveilleux avec la cuisine, c’est qu’il y en a pour tous les goûts et qu’on est pas obligé de faire compliqué pour faire bon.

Aujourd’hui, nous allons parler de solutions simples et efficaces pour manger « à la japonaise » à petit budget et en un temps record ! Pour cela, je vous présente le gomasio et les furikake !

Bol riz blanc et furikake à l'umeboshi

Le gomasio, un incontournable de la cuisine japonaise

Commençons par le gomasio, goma signifie « sésame » et shio signifie « sel ». Le gomasio 胡麻塩 ごましお est tout simplement une dose de graines de sésames noires grillées à la poêle et broyées, mélangée à une petite quantité de sel. C’est un condiment qui assaisonne le riz, les salades et tout un tas de plat de la cuisine japonaise maison. On en retrouve tout un tas de variante comme : l’algomasio à base d’algues, l’Omegasio, un mélange de graines (graines de lin, de courge, de chanvre et cerneaux de noix)… il existe aussi des gomasio à base d’ail des ours, d’épices ou d’herbes.

Gomasio sésames noires et sel

Le gomasio, l’alternative à une cuisine trop salée

Comme expliqué précédemment, le gomasio est donc tout simplement un mélange de graine de sésame et de sel. Mais le super pouvoir du gomasio c’est qu’il remplace et parfume aisément vos plats avec une quantité bien moindre de sel qu’à l’accoutumé. En effet, on estime en moyenne la recette entre 10 et 20 gr de sésames pour 1 gr de sel seulement. Les graines de sésames poêlées et broyées libèrent leur huile qui s’imprègnent de sel. Une grande quantité de gomasio n’est donc pas nécessaire pour donner du goût à votre bol de riz.

Le gomasio et sa star phare : la graine de sésame

En plus de contribuer à la réduction de sel dans vos plats, le gomasio c’est surtout des graines de sésame ! Et si on peine à l’utiliser dans la cuisine occidentale, en revanche elles trouvent toute leur utilité dans la cuisine japonaise.

Pour rappel, le sésame fournit à votre corps des protéines, des vitamine et des minéraux dont le phosphore, le magnésium et le calcium. Et cela, sans précisé qu’il est bon pour votre système cardio-vasculaire et qu’il est riche en acide gras insaturés, c’est-à-dire le « bon gras ».

Gomasio sésames blonds broyés

Le gomasio, un incontournable de la cuisine japonaise

Commençons par le gomasio, goma signifie « sésame » et shio signifie « sel ». Le gomasio est tout simplement une dose de graines de sésames noires grillées à la poële et broyées, mélangée à une petite quantité de sel. C’est un condiment qui assaisonne le riz, les salades et tout un tas de plat de la cuisine japonaise maison. On en retrouve tout un tas de variante comme : l’algomasio à base d’algues, l’Omegasio, un mélange de graines (graines de lin, de courge, de chanvre et cerneaux de noix)… il existe aussi des gomasio à base d’ail des ours, d’épices ou d’herbes.

Faire son gomasio maison comme un vrai japonais

Bonne nouvelle ! Il se trouve qu’il est simple de réaliser son gomasio soi-même car nous disposons de tous les ingrédients à portée d’épicerie.

En effet, il ne vous faudra donc que des graines de sésames noires et du sel, un mortier et une poêle. Faites revenir le sel seulement quelques minutes et à feu moyen. Puis procédez de la même manière avec les graines de sésames après avoir mis le sel dans le mortier. Une fois les graines de sésame grillées (elles vont commencer à sauter dans votre poêle), mélangez le et utilisez le pilon de votre mortier pour cela. Sans chercher à « écrabouiller » les graines vous devriez voir les graines blanchir à force de mélanger.

Pour vous aider, je vous joins une vidéo qui vous aidera à la confection de votre gomasio :

Et si ce qui vous intéresse c’est de le manger et pas de le faire vous-même, eh bien sachez que vous le trouverez facilement en épicerie bio ou asiatique. C’est un condiment qui se conserve très bien tout comme vos épices habituelles.

Le furikake, un ami pour la vie

Furikake

Le Furikake 振り掛け  ふりかけlittéralement « saupoudrement » (du verbe saupoudrer) est apparu au début du 20e siècle alors que les populations étaient victimes de carences alimentaires liées à l’effort de guerre. Un pharmacien du nom de Suekichi Yoshimaru broya des os de poissons avec divers condiments tels que des graines de sésames, des algues et herbes pour assaisonner le riz et apporter les nutriments manquants dans l’alimentation des japonais, notamment aux enfants.

C’est après la seconde guerre mondiale que le terme furikake est utilisé pour ce type de condiment.

Son nom d’origine est « gohan no tomo », l’ami du riz.

Onigiri avec furikake

Qu’est-ce qu’on retrouve dans le furikake ?

Concrètement c’est un mélange de tout un tas de graines et de condiments. C’est un peu votre « ingrédient secret ». Vous pourriez vous en faire et l’adapter à votre goût.

Dans les furikake japonais, on retrouve généralement des graines de sésames, des algues nori, des copeaux de bonites séchées, du kombu, des wakame, parfois même du yuzu…

On utilise généralement les restes de recettes pour le réaliser. Beaucoup de bouillons se réalisent en faisant bouillir des morceaux d’algues. Une fois utilisées, ces algues peuvent par exemple être séchées pour le furikake. Et cela marche avec toute sorte d’aliments bons à parfumer vos plats.

Attention néanmoins si vous réutilisez des aliments déjà assaisonnés dans vos recettes. En effet, si vous recyclez les restes de vos copeaux de bonites séchées qui ont déjà été assaisonnés de sauce soja, prévoyez de ne pas en remettre dans la réalisation de votre furikake maison ou il risquerait d’être trop salé.

Le furikake maison se conserve environ 3 semaines suivant ce que vous avez intégré dans votre mélange.

Ou puis-je trouver du furikake ?

On en retrouve facilement dans la plupart des épiceries japonaises et dans toutes les cuisines. Ils sont notamment vendus en petits paquets refermables et continue de séduire les enfants. En effet, les industriels ne manquent pas d’utiliser toute sorte d’égérie de manga pour le packaging.

Peut être n’en avez-vous jamais vu dans votre épicerie du coin ?

Et c’est bien normal. Les furikake sont surtout vendus au Japon, bien qu’on en trouve dans des épiceries spécialisées en France. Il existe par ailleurs une grande variétés de furikake et il n’est pas exclus d’en réaliser vous-même.

Voici une recette sélectionnée par mes soins pour vous accompagner dans la réalisation d’un furikake maison :

J’espère que vous avez apprécié lire cet article. Pour en savoir plus, retrouvez moi en atelier de cuisine sur le planning:

Planning – Ohayô Café Bliss (ohayocafebliss.fr)

Pour être informé-e des prochains évènements:

Une question? Une demande particulière?

Café vacances vietnam

Les ateliers Ohayô

Ohayô bentô c'est des ateliers de cuisine, mais pas que! Rendez-vous dans la page "Les ateliers Ohayô", je vous explique tout!

Café latte muffin

Ohayô Café

Ohayô café c'est mon projet long terme mais pas si loin! Si vous êtes de Rennes et passionnés du Japon ou simplement curieux, rendez vous dans la page "Mon café Japonais", je vous explique tout!

Gomasio et Furikake, cuisiner en toute simplicité

On a tendance à se faire une image de la cuisine japonaise comme extrêmement compliquée et sophistiquée. Elle l’est, par certains aspects. Mais il ne s’agit pas là d’une caractéristique de la cuisine japonaise mais plutôt de la cuisine en générale. Mais ce qu’il y a de merveilleux avec la cuisine, c’est qu’il y en a pour tous les goûts et qu’on est pas obligé de faire compliqué pour faire bon.

Aujourd’hui, nous allons parler de solutions simples et efficaces pour manger « à la japonaise » à petit budget et en un temps record ! Pour cela, je vous présente le gomasio et les furikake !

Bol riz blanc et furikake à l'umeboshi

Le gomasio, un incontournable de la cuisine japonaise

Commençons par le gomasio, goma signifie « sésame » et shio signifie « sel ». Le gomasio 胡麻塩 ごましお est tout simplement une dose de graines de sésames noires grillées à la poêle et broyées, mélangée à une petite quantité de sel. C’est un condiment qui assaisonne le riz, les salades et tout un tas de plat de la cuisine japonaise maison. On en retrouve tout un tas de variante comme : l’algomasio à base d’algues, l’Omegasio, un mélange de graines (graines de lin, de courge, de chanvre et cerneaux de noix)… il existe aussi des gomasio à base d’ail des ours, d’épices ou d’herbes.

Gomasio sésames noires et sel

Le gomasio, l’alternative à une cuisine trop salée

Comme expliqué précédemment, le gomasio est donc tout simplement un mélange de graine de sésame et de sel. Mais le super pouvoir du gomasio c’est qu’il remplace et parfume aisément vos plats avec une quantité bien moindre de sel qu’à l’accoutumé. En effet, on estime en moyenne la recette entre 10 et 20 gr de sésames pour 1 gr de sel seulement. Les graines de sésames poêlées et broyées libèrent leur huile qui s’imprègnent de sel. Une grande quantité de gomasio n’est donc pas nécessaire pour donner du goût à votre bol de riz.

Le gomasio et sa star phare : la graine de sésame

En plus de contribuer à la réduction de sel dans vos plats, le gomasio c’est surtout des graines de sésame ! Et si on peine à l’utiliser dans la cuisine occidentale, en revanche elles trouvent toute leur utilité dans la cuisine japonaise.

Pour rappel, le sésame fournit à votre corps des protéines, des vitamine et des minéraux dont le phosphore, le magnésium et le calcium. Et cela, sans précisé qu’il est bon pour votre système cardio-vasculaire et qu’il est riche en acide gras insaturés, c’est-à-dire le « bon gras ».

Gomasio sésames blonds broyés

Le gomasio, un incontournable de la cuisine japonaise

Commençons par le gomasio, goma signifie « sésame » et shio signifie « sel ». Le gomasio est tout simplement une dose de graines de sésames noires grillées à la poële et broyées, mélangée à une petite quantité de sel. C’est un condiment qui assaisonne le riz, les salades et tout un tas de plat de la cuisine japonaise maison. On en retrouve tout un tas de variante comme : l’algomasio à base d’algues, l’Omegasio, un mélange de graines (graines de lin, de courge, de chanvre et cerneaux de noix)… il existe aussi des gomasio à base d’ail des ours, d’épices ou d’herbes.

Faire son gomasio maison comme un vrai japonais

Bonne nouvelle ! Il se trouve qu’il est simple de réaliser son gomasio soi-même car nous disposons de tous les ingrédients à portée d’épicerie.

En effet, il ne vous faudra donc que des graines de sésames noires et du sel, un mortier et une poêle. Faites revenir le sel seulement quelques minutes et à feu moyen. Puis procédez de la même manière avec les graines de sésames après avoir mis le sel dans le mortier. Une fois les graines de sésame grillées (elles vont commencer à sauter dans votre poêle), mélangez le et utilisez le pilon de votre mortier pour cela. Sans chercher à « écrabouiller » les graines vous devriez voir les graines blanchir à force de mélanger.

Pour vous aider, je vous joins une vidéo qui vous aidera à la confection de votre gomasio :

Et si ce qui vous intéresse c’est de le manger et pas de le faire vous-même, eh bien sachez que vous le trouverez facilement en épicerie bio ou asiatique. C’est un condiment qui se conserve très bien tout comme vos épices habituelles.

Le furikake, un ami pour la vie

Furikake

Le Furikake 振り掛け  ふりかけlittéralement « saupoudrement » (du verbe saupoudrer) est apparu au début du 20e siècle alors que les populations étaient victimes de carences alimentaires liées à l’effort de guerre. Un pharmacien du nom de Suekichi Yoshimaru broya des os de poissons avec divers condiments tels que des graines de sésames, des algues et herbes pour assaisonner le riz et apporter les nutriments manquants dans l’alimentation des japonais, notamment aux enfants.

C’est après la seconde guerre mondiale que le terme furikake est utilisé pour ce type de condiment.

Son nom d’origine est « gohan no tomo », l’ami du riz.

Qu’est-ce qu’on retrouve dans le furikake ?

Onigiri avec furikake

Concrètement c’est un mélange de tout un tas de graines et de condiments. C’est un peu votre « ingrédient secret ». Vous pourriez vous en faire et l’adapter à votre goût.

Dans les furikake japonais, on retrouve généralement des graines de sésames, des algues nori, des copeaux de bonites séchées, du kombu, des wakame, parfois même du yuzu…

On utilise généralement les restes de recettes pour le réaliser. Beaucoup de bouillons se réalisent en faisant bouillir des morceaux d’algues. Une fois utilisées, ces algues peuvent par exemple être séchées pour le furikake. Et cela marche avec toute sorte d’aliments bons à parfumer vos plats.

Attention néanmoins si vous réutilisez des aliments déjà assaisonnés dans vos recettes. En effet, si vous recyclez les restes de vos copeaux de bonites séchées qui ont déjà été assaisonnés de sauce soja, prévoyez de ne pas en remettre dans la réalisation de votre furikake maison ou il risquerait d’être trop salé.

Le furikake maison se conserve environ 3 semaines suivant ce que vous avez intégré dans votre mélange.

Ou puis-je trouver du furikake ?

On en retrouve facilement dans la plupart des épiceries japonaises et dans toutes les cuisines. Ils sont notamment vendus en petits paquets refermables et continue de séduire les enfants. En effet, les industriels ne manquent pas d’utiliser toute sorte d’égérie de manga pour le packaging.

Peut être n’en avez-vous jamais vu dans votre épicerie du coin ?

Et c’est bien normal. Les furikake sont surtout vendus au Japon, bien qu’on en trouve dans des épiceries spécialisées en France. Il existe par ailleurs une grande variétés de furikake et il n’est pas exclus d’en réaliser vous-même.

Voici une recette sélectionnée par mes soins pour vous accompagner dans la réalisation d’un furikake maison :

J’espère que vous avez apprécié lire cet article. Pour en savoir plus, retrouvez moi en atelier de cuisine sur le planning:

Planning – Ohayô Café Bliss (ohayocafebliss.fr)

Pour être informé-e des prochains évènements:

Une question? Une demande particulière?

Café vacances vietnam

Les ateliers Ohayô

Ohayô bentô c'est des ateliers de cuisine, mais pas que! Rendez-vous dans la page "Les ateliers Ohayô", je vous explique tout!

Café latte muffin

Ohayô Café

Ohayô café c'est mon projet long terme mais pas si loin! Si vous êtes de Rennes et passionnés du Japon ou simplement curieux, rendez vous dans la page "Mon café Japonais", je vous explique tout!

OHAYO CAFE BLISS

Actuellement à Rennes

Mobile en Ille et Vilaine!

Sauf mention contraire, les photos, textes et recettes publiés sur Ohayô Café bliss sont protégés par le droit d’auteur. Copyright Estelle Yee © 2021.
Votre navigation sur ce site constitue acceptation de notre politique de confidentialité des données.
Tous les droits sont réservés et aucune reproduction n’est permise sans l’autorisation expresse de l’auteur.